Etudes

Les millenials, nés au plein cœur d’un environnement numérique ont une demande différente de leurs aînés, notamment en ce qui concerne leurs achats. Les yeux rivés sur leur smartphone, ils sont toujours à la recherche des prix les moins chers pour leur consommation de produits et services.

Le but des commerces de proximité est donc de répondre à ces nouvelles exigences si ils souhaitent lutter contre la grande distribution.

La solution ? Une application mobile. Comme les sites internet il y a quelques années, les applications sont devenu la réponse appropriée au commerce actuel.

Tous les chiffres et statistiques cités dans cet article viennent de l’étude d’App Annie publiée dans le Figaro. C’est la première fois qu’une étude chiffre précisément le marché français des applications mobiles.  

 

Un contexte favorable 

 

A l’échelle mondiale, une personne sur trois est équipée d’un smartphone.  

Avec une utilisation de plus en plus importante des smartphones et mobiles en France, les applications se développent beaucoup, car il y a là un marché en pleine expansion à intégrer.  

L’utilisation des applications est croissante (91 minutes par jour en moyenne) mais reste modérée et inférieure à beaucoup de pays. Par exemple au Japon, la population passe en moyenne 165 minutes sur leurs applications par jour et 107 minutes aux Etats-Unis.  

En moyenne en France en 2016, 81% des internautes téléchargent une application par semaine. 14% en téléchargent entre deux et cinq, 3% entre six et dix et 3% en téléchargent plus de dix.

 

Quel est le coût d’une application mobile ?  

 

Le coût d’une application mobile  

 

Le développement d’une application mobile a un coût qui peut varier selon beaucoup de critères. Chaque projet étant différent, il est difficile de répondre à la question « combien coûte la création d’une application ? ». C’est la raison pour laquelle, sans détails, les développeurs estiment le coût d’une application de 1 000 à 120 000 euros.  

 

La place du m-commerce auprès des e-marchands

Le m-commerce semble promettre des perspectives ambitieuses pour les e-marchands. De plus en plus, les gérants de boutique en ligne intègrent ce canal dans leur stratégie de vente. Et pour cause, les visiteurs mobinautes sont de plus en plus nombreux et leurs attentes évoluent.

Les sites où l’expérience d’achat est satisfaisante sur mobile sont plutôt rares et les e-commerçants se contentent souvent d’un minimum de compatibilité avec les appareils mobiles. Ce n’est bien-sûr pas suffisant pour permettre aux acheteurs d’avoir une expérience optimale sur des tailles d’écrans nécessitant vraiment une expérience utilisateur réfléchie et spécifique au support (Potentiellement application iOS et Android PrestaShop). Dans un premier temps, nous allons nous intéresser à ce constat. Pourquoi beaucoup d’e-commerçants ne proposent pas encore une expérience de qualité pour une catégorie de visiteur qui dépasse souvent plus de 50% des visites au total (1) ? Quels sont les freins rencontrés par ces e-marchands ?

Croissance du m-commerce

Comment expliquer l’évolution du e-commerce mobile ?

L’évolution des smartphones et des tablettes

A l’heure où les smartphones et les tablettes sont de plus en plus puissants, les internautes sont de plus en plus amenés à utiliser leurs supports mobiles pour naviguer sur internet. En effet, on estime depuis 2014 que plus de la moitié des visites sur les boutiques en ligne proviennent d’appareils mobiles (Source : Morgan Stanley Research).

Cette tendance est aussi en partie due à la montée en puissance du social shopping.

Les nouvelles générations de smartphones permettent une meilleure expérience d’utilisateur, avec des connexions plus rapides et des écrans de plus en plus grands et, de ce fait, plus agréables pour le shopping.  – Anne-Marie Schwab, directrice générale de RetailMeNot France (1)